BOSTON COMMON PARK (72) The Freedom trail tour (2)

The Freedom trail tour (1) The Freedom trail tour (6) The Freedom trail tour (8) The Freedom trail tour (17)

The Freedom trail tour (9) Freedom Trail Boston Common (206)

The Freedom trail tour (16) The Freedom trail tour (14)The Freedom trail tour (7) THE TRAIL HISTORIC TOUR (289).JPG

20150209144313_00001.jpg 

Boston_African-American_Heritage_Trail_National-Park-Service.jpg

S’il y a bien un lieu lié à l’histoire des Etats-Unis, c’est la région de Boston. C’est à Cape Cod que 102 migrants anglais ont débarqué en 1620 aprés avoir traversé l’Atlantique depuis l’Angleterre à bord du Mayflower. Les « Pilgrim Fathers » (Pères pèlerins/colons) tout juste débarqués du Mayflower se sont alors installés en «Nouvelle-Angleterre », ont fondé Plymouth puis Salem ou encore Boston. C’est Boston qui s’est rebellé le plus vite. C’est donc tout naturellement là qu’ont débuté les premières oppositions et actions rebelles, qui se sont achevées avec la Révolution Américaine.

C’est donc au cœur de Boston, l’une des plus vieilles villes d’Amérique, que l’on trouve le Freedom Trail, un circuit qui relie les monuments et bâtiments les plus emblématiques de son passé. La plupart des bâtiments historiques et mémoriaux qui sont liés à l’Histoire américaine sont regroupés le long du Freedom Trail (« chemin de la Liberté »), sur environ 2,5 miles (4,2 km). Une ligne rouge tracée au sol indique le chemin à suivre et passe devant 16 points d’intérêts historiques.

 Le Freedom Trail :

17 sites officiels sont recensés sur ce parcours 

  1. Boston Common
  2. Massachusetts State House
  3. Park Street Church
  4. Granary Burying Ground
  5. King's Chapel
  6. King's Chapel Burying Ground
  7. Statue de Benjamin Franklin et site de la première école publique de Boston
  8. Old Corner Bookstore
  9. Old South Meeting House
  10. Old State House
  11. Site du Massacre de Boston
  12. Faneuil Hall et Quincy Market
  13. Maison de Paul Revere
  14. Old North Church et Copp’s Hill Burying Ground
  15. Site de la bataille de Bunker Hill
  16. USS Constitution

1/ Boston Common : Pour débuter la balade se rendre au Boston Common (prés e l’office du tourisme). Ce parc a été créé en 1634. C’est le plus vieux parc de Boston, d’où a notamment été célébrée la fin de la Revolutionary War et où étaient pendus les criminels.

2/ Massachusetts State House : Construit en 1798, ce bâtiment officiel  qui domine Boston Common, est aujourd’hui l’un des plus anciens de Beacon Hill. Il est reconnaissable à son dôme doré, ses murs de briques rouges et son emblème suprême : la Morue, qui symbolise la force maritime de Boston ; c’est toujours le siège du gouvernement du Massachusetts (Commonwealth).

3/ Park Street Church : Le clocher blanc a longtemps servi de repère au loin pour les voyageurs qui l’apercevaient en arrivant aux alentours de Boston, la Park Street Church est restée connue pour avoir supporté les mouvements abolitionnistes et accueillant même des réunions contre l’esclavage dès 1823. C’est ici qu’a été prononcé le premier discours anti-esclavagiste, en 1829 (en 1865, l’esclavage est aboli dans tous les Etats-Unis – il était aboli dès 1783 dans le Massachussetts).

4/ Granary Burying Ground : Etabli en 1660, ce cimetière accueille les citoyens les plus notables de la ville, comme les révolutionnaires Paul Rever (révolutionnaire, surtout connu pour sa « chevauchée de minuit » qui a permis de prévenir les troupes rebelles des avancées des Anglais), Samuel Adams (l’un des Pères Fondateurs des Etats-Unis, leader de la Révolution, celle qui a donné lieu à la Déclaration d’Indépendance), les parents de Benjamin Franklin (aussi un des Pères Fondateurs des Etats-Unis, qui a joué un rôle dans la Déclaration d’Indépendance; il est aussi physicien, il a travaillé sur l’électricité, par le biais de son expérience du cerf-volant, il n’est pas enterré à Boston, mais à Philadelphie), ou encore John Hancock (riche marchand agacé par tous les impôts des Anglais, il devient révolutionnaire et c’est lui qui signe en premier la Déclaration d’indépendance, en 1776)

5/ King’s Chapel : Petite chapelle dédiée à l’usage personnel des officiers du Roi lorsqu’ils venaient remettre un peu d’ordre dans la ville et appliquer la loi anglaise, la King’s Chapel possède une décoration intérieure à couper le souffle.

6/ King’s Chapel Burying Ground : À côté de la chapelle, on trouve le plus vieux cimetière de Boston. Y est enterrée notamment Elizabeth Pain, l’héroïne malheureuse du roman de Nathaniel Hawthorne, La lettre écarlate. C’est aussi le lieu de repos éternel de la première femme à avoir débarqué du Mayflower, Mary Chilton, et du premier gouverneur de l’état, John Winthrop.

7/ Benjamin Franklin Statute & Boston Latin School : Fondée en 1635, la Boston Latin School est la première école publique (pour garçons) des Etats-Unis. Ses bancs ont notamment accueilli Benjamin Franklin et le révolutionnaire Samuel Adams.

8/ Old Corner Book Store : Construit en 1718, c’est l’un des plus vieux édifices de la ville ; il reflétait bien le rôle prépondérant de la ville dans le domaine de l’édition, à une époque où Boston était un pôle littéraire (années 1800), des auteurs comme Dickens, Hawthorne, Emerson, Longfellow y ont été accueillis…

9/ Old South Meeting House : Cette église a été construite en 1729 et a été surtout utilisée pour des meetings politiques. C’est là qu’a été décidé l’un des événements majeurs de la Révolution, la « Boston Tea Party » en 1773. Au cours de cette révolte politique, des Bostoniens déguisés en Amérindiens ont grimpés dans des navires accostés et ont déversé 340 caisses de thé par-dessus bord, soit de quoi préparer environ 24 millions de tasses, pour protester contre la taxe sur le thé imposée par les Anglais. Aujourd’hui ce bâtiment est un musée sur la Révolution.

10/ Old State House : Monument historique qui a longtemps été le siège du gouvernement colonial, c’est de son balcon qu’a été lue pour la première fois en public la Déclaration d’Indépendance le 18 juillet 1776. C’est le plus vieux bâtiment de Boston (1713). C’était à la fois une sorte de bourse au sous-sol, et, à l’étage, un centre politique, où se réunissait l’assemblée du Massachussetts. Au moment du Stamp Act (le début des taxes imposées par l’Angleterre sur les colonies américaines), une galerie a été installée au premier étage pour que la foule puisse suivre les débats.

11/ Site du « Boston Massacre » : Au pied de Old State House, un cercle pavé rappelle le massacre de Boston (les Anglais appellent plus discrètement « l’incident de King Street »). Cet événement a également joué un rôle primordial dans l’Histoire de Etats-Unis : en tirant à l’aveuglette dans la foule en colère, les soldats anglais ont tout simplement participé à déclencher la Révolution américaine et la Guerre d’Indépendance.

12/ Faneuil Hall : Ce bâtiment, construit en 1742, est un cadeau, offert par Monsieur Faneuil (le philanthrope et esclavagiste mentionné plus haut). C’est à la fois un marché et un endroit de meeting c’est là que les bostoniens ont critiqué pour la première fois le Sugar Act et le Stamp Act, des législations abusives, et ont organisé de nombreuses réunions qui se sont terminées avec la Boston Tea Party. Après la Révolution, c’est resté un lieu politique où on discute anti-esclavagisme, puis luttes féministes et débats sur les guerres. Le Faneuil House est aujourd’hui entouré de plusieurs halls de marchés et galeries de resto, c’est un endroit de la ville très animé, proche de la mer.

13/ Paul Revere House : Le patriote américain Paul Revere habitait dans cette petite maison avec sa mère et quelques-uns de ses 16 enfants ; c’est de là qu’il est parti pour Lexington et prévenir d’autres révolutionnaires des avancées de l’armée Britannique, au terme d’une « Midnight Ride ».

14/ Old North Church : La Christ Church in the City of Boston dominait la ville avec son clocher de 58 mètres car c’est de là qu’ont été accrochées les lanternes avertissant les révolutionnaires de l’avancée des troupes anglaises.

Copp’s Hill Burying Ground : C’était le plus grand cimetière colonial ; il date de 1659 et accueille principalement des Bostoniens de tous les horizons, et donne sur tous les horizons : perché sur la colline, on peut voir jusqu’à Charleston.

En continuant et traversant le Charlestown Bridge, on arrive surle 15è site de ce freedom Trail :

15/ Bunker Hill Monument : C’est là qu’a eu lieu la bataille de Bunker Hill, et, bien que les anglais aient gagné, cet affrontement sanglant a bel et bien prouvé l’aptitude des soldats américains à se défendre.

16/ USS Constitution : Cette frégate reste le plus vieux navire encore actif au monde et avait initialement été conçue pour lutter contre les pirates barbaresques, et c’est Paul Revere qui en a forgé les boulons de cuivre. L’USS Constitution repose tranquillement dans le Charlestown Navy Yard lorqu’elle n’est pas à se pavaner aux 4 coins des mers.

The Black Heritage Trail

Sur le même principe que le Freedom Trail, Le Black Heritage Trail nous emmène sur les traces de la communauté afro-américaine de Boston dans les années 1800 et son rôle dans l’abolition de l’esclavage et la mise en place de droits égalitaires ; Le Massachussetts reste le premier état à avoir déclaré que l’esclavage était illégal, en 1783.

Au cours des 19è et 20è siècles, la communauté afro américaine libre de Boston a encouragé la nation dans la lutte contre l’esclavage et les droits égaux pour tous. Ces remarquables patriotes ont créés des commerces, fondé des organisations et créé des écoles. Leurs lieux de culte, maison, écoles et métro délimitent le Boston’s Black Heritage Trail. Entre 1800 et 1900, la plupart des afro-américains qui vivaient dans la ville, résidaient dans le West End, entre Pinckney & Cambridge Streets, et entre Joy et Charles Streets. Quartier désormais appelé le North Slope of Beacon Hill.

Les 1er africains sont arrivés à Boston en février 1638, 8 ans après que la ville ait été fondée. Ceux sont les esclavagistes qui les ont emmenés à Boston après les avoir acheté à Provicence Isle, une colonie puritaine sur la côte d’Amérique Centrale.

La Révolution américaine a marqué un tournant dans la condition des africains dans le Massachusetts. A la fin du conflit, il y avait plus de personnes noires libres qu’asservies. En 1790, lors du 1er recensement fédéral, le Massachusetts était le seul Etat de L’Union qui n’enregistrait pas d’esclaves.

La communauté noire qui prônait le tous-libres à Boston s’occupait de trouver des maisons décentes, établir des institutions de soutien indépendantes, éduquer leur enfants, et mettre fin à l’esclavage dans tout le pays. Ce sont toutes ces préoccupations qui se sont jouées dans les environs de Beacon Hill.

une dizaine de sites officiels sont recensés sur ce parcours:

  1. Robert Gould Shaw and 54th Regiment Memorial
  2. George Middleton House
  3. The Phillips School
  4. John J. Smith House
  5. Charles Street Meeting House
  6. Lewis and Harriet Hayden House
  7. John Coburn House
  8. Smith Court Residences 
  9. Abiel Smith School
  10. The African Meeting House

Quelques points de repère historiques : 

 - Fondation de Boston en Nouvelle Angleterre en 1630.

Déclaration d’Indépendance en 1776 (les 13 colonies de la Nouvelle Angleterre s’émancipent du Gouvernement britannique),

- Cette déclaration d‘indépendance est suivie par la Révolution américaine, jusqu’à 1783. On retrouvera le fameux épisode du Boston Tea Party.

Abolition de l’esclavage, à la fin de la guerre de Sécession, ou Civil War  (1861-1865).